les-rencontres
commentaire(s)

Visite du domaine d’Alexandre Bain – Pouilly-fumé

Visite du domaine d'Alexandre Bain

raisin appli vin naturel

Visiter le domaine d’Alexandre Bain, c’est partir à la rencontre d’un vigneron passionné et intarissable sur le vin naturel. Rencontre avec un homme de conviction, dans une quête d’équilibre retrouvé avec la nature.

Nous sommes nombreux à le regretter, mais on imagine rarement le travail nécessaire à la réalisation d’un vin. Il est même souvent impossible de prendre conscience du niveau de détail et de précision qu’imposent les jus vivants que sont les vins naturels.

C’est non loin de Sancerre et plus exactement à Tracy-sur-Loire, au lieu dit de Bois-Fleury, que l’on arrive, au 18 rue des Levées. C’est là que se trouve le Domaine d’Alexandre Bain.

carte domaine bain

Situation géographique du Domaine Bain

Alexandre bain

Installés depuis 2007, l’homme et sa famille travaillent d’arrache-pied à réaliser des vins qui font honneur à l’appellation Pouilly-Fumé. Il est un peu plus de 13 heures et nos amis et nous-mêmes nous sommes un peu perdus sur la route… Rien de grave. Alexandre arrive sur son tracteur, il vient d’un pré voisin. C’est l’époque du foin. Il veut des bottes qui ne soient pas trop lourdes : « On ne vas pas s’esquinter ».

Domaine Alexandre Bain

Alexandre Bain

La poignée de main est franche, le regard droit et amical. Nous débutons la discussion en goûtant La Levée 2014, un Sauvignon au nez de miel et de coing, sur une belle longueur, dans un registre de fruits mûrs et compotés. Autour d’un très bon repas, péparé par son épouse Caroline, nous discutons. L’homme est volubile, la passion est entière, le flot des mots semble provenir d’une source intarissable. Nous n’avons nul besoin de poser des questions, car les sujets s’enchainent, comme le font les perles sur un collier.

Nul n’est prophète en son pays…

Avn

AVN

L’actualité d’Alexandre est riche et dense : on évoque le travail réalisé par l’A.V.N (Association des Vins Naturels) afin de fournir un cadre réglementaire à la défintion de vin naturel (il fait partie du conseil d’administration). On parle aussi de Towt (Trans oceanic wind transport), du fret sur voilier pour expédier des bouteilles aux Pays-Bas. « Un camion, c’est 30 litres aux 100 kilomètres, imagine combien de litres on consomme pour expédier du vin à Copenhague! » et d’ajouter : « Je crois qu’on peut tous, à notre niveau, faire un petit geste pour l’environnement« . Il y a aussi ce projet, avec Olivier Cousin, d’aller livrer leurs vins en plein Paris, le tout en calèche. Planter des arbres fruitiers dans la vigne, installer des ruches, redonner vie aux abords des vignes, faire renaître les fourrés, installer de la diversité. C’est bluffant et tellement évident que je reste sans voix. Certains en parlent mais n’en feront rien. Alexandre mènera à bout tous les projets qu’il a en tête, sans aucun doute.

« Un camion, c’est 30 litres aux 100 kilomètres, imagine combien de litres on consomme pour expédier du vin à Copenhague ! »

La vérité, c’est qu’Alexandre est un peu le seul dans les environs à s’inscrire dans une démarche en rupture avec plus d’un demi-siècle de viticulture conventionnelle (joli nom donné à l’agriculture chimique). C’est une philosophie de vie, nous précise Caroline. Il faut le rappeler, le domaine est certifié bio et biodynamie. Comme le dit la chanson : « Les gens qui n’sont pas comme nous, ça nous dérange. » C’est d’autant plus vrai, quand en plus, ils font eux aussi la même chose, mais, pas de la même manière. Alexandre nous précise que cela n’empêche en rien la vie en bonne intelligence avec les voisins. Même si la zone géographique est pourtant leur seul point commun.

« Je crois qu’on peut tous, à notre niveau, faire un petit geste pour l’environnement »

La vigne

La vigne

Le syndicat viticole de Pouilly désire retirer l’agrément à Alexandre Bain

Depuis quelques années, Alexandre mène aussi un autre combat, celui de rester et de faire partie intégrante de l’appellation Pouilly-Fumé. A plusieurs reprises et de façon répétée, tous les ans depuis 2009, l’ODG (Organisme de défense et de gestion), lui fait « gentiment » comprendre qu’il ne peut pas ou plus faire partie de la famille. La raison ? Son vin est considéré comme oxydé (sans même parfois avoir été goûté). Sauf que cette année, c’est plus sérieux. L’Organisme d’inspection des vins du Centre (OIVC) vient de lui envoyer une lettre en recommandé, signe que l’on se dirigerait vers une procédure juridique. Il a jusqu’au 2 juillet pour formuler une réponse. C’est le même avocat que celui d’Olivier Cousin qui le conseille : Maître Eric Morain.

Les vignerons naturels en lutte.

Les vignerons naturels en lutte.

Let The Music Play / Show Must Go On

Au vu du raffut médiatique incroyable que les différents procès d’Olivier Cousin ont eut, nous questionnons sérieusement la démarche initiée par l’OIVC. En revanche, nous avons une conviction : ce travail d’intimidation et de mise à l’écart du domaine, de l’appelation et de ce qu’elle représente sera non seulement un échec incroyable mais fera en plus une publicité incroyable pour le vin naturel et pour Alexandre Bain, comme ce fut le cas pour Olvier Cousin, ou encore pour Emmanuel Giboulot, il y a peu, lors des derniers procès. Car si l’industrie et l’adminsitration reculent à s’affranchir de la chimie en diabolisant les techniques respectueuses de l’environnement, l’opinion publique est plutôt dans une démarche inverse. Le volume d’information publié sur les réseaux sociaux en est bien la preuve. Donc, une nouvelle fois, ce sera une remise en cause des critères sur lesquels l’INAO (via l’ODG et l’OIVC) s’appuient pour définir les appellations d’origine contrôlées. De plus, et aussi incroyable que cela puisse paraitre, Alexandre ne demande rien, il ne veut pas d’histoire, cela ne l’intéresse pas, il ne fait même pas de prosélytisme autour de sa démarche, il souhaite juste qu’on ne fasse pas de lui un vilain petit canard dans une famille où tout le monde est bien habillé pareil. Et qu’on le laisse faire ce qu’il sait faire de mieux : des vins sains, vivants, respectueux de la nature et, qui plus est, sont excellents.

Monsieur Le Foll est attendu à l’écologie… Monsieur Le Foll.

Quand on réfléchit, on se rend compte que c’est un non-sens absolu. On ne demande jamais à l’agriculture conventionnelle de donner des preuves sur la manière dont elle pollue champs, rivières et océans avec les conséquences que cela a sur le monde. On pourrait aussi s’interroger sur l’inaction et le mutisme des politiques mais ce billet serait trop long. Nous rappelerons juste qu’il y a peu, Stéphane Le Foll rappelait que pour maintenir un seuil de rentabilité des produits biologiques, il ne fallait pas que la production augmente de façon massive afin de maintenir les prix stables. C’est un point de vue d’économiste, pas celui d’un Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. Passons…

« On le voit de suite que le vin n’est pas tout seul ! »

Lors de notre déjeuner, nous goûtons le vin d’un vigneron de renom, qui est plutôt pas mal et reconnu comme tel, mais de suite Alexandre nous alerte : « On le voit de suite que le vin n’est pas tout seul ! » ce qui a pour résultat de nous faire tous sourire et oui, il a raison. Il souligne qu’un vin naturel, pour lui, c’est un vin sans soufre. À notre demande, il part alors chercher les analyses qui ont été faites sur les cuvées qu’il exporte au Japon. Pour exporter là-bas, c’est obligatoire de fournir les chiffres précis du soufre contenu dans le vin. On regarde les informations listées et on constate avec admiration : 3 mg de soufre au total (AH OUI!). C’est assez incroyable. Voilà encore une information que l’ODG ne valorise pas.

À la base, le soufre est un produit naturel, sauf que quasiment aucun vigneron n’utilise du soufre naturel (compliqué à manipuler et peut être dangeureux)

Intrants dans le vin

Intrants dans le vin

L’ensemble du soufre ajouté est en fait du soufre de synthèse, du soufre issu du pétrole

Quand on sait que la réglementation pour les vins biologiques en Europe tolère 150mg/l pour les blancs, on se demande ce qui peut justifier de tels écarts et surtout on se demande ce qu’il reste de vin dans les bouteilles conventionelles. Car oui, à la base, le soufre est un produit naturel, sauf qu’aucun vigneron n’utilise du soufre naturel (compliqué à manipuler et peut être dangeureux). Et que l’ensemble du soufre ajouté est en fait du soufre de synthèse, du soufre issu du pétrole. Je vous laisse méditer sur la pertinence de faire du vin avec des molécules de pétrole. Vous avez un peu trop bu de chimie… Vous aurez pour le mieux un peu mal au crâne et au ventre.

Phénomène et Viaduc les 2 percherons du Domaine.

Phénomène et Viaduc les 2 percherons du Domaine

Phénomène et Viaduc les 2 percherons du Domaine

En ce moment, vers 5 heures du matin, Michel, l’assistant d’Alexandre, sort le premier percheron (soit Phénomène, soit Viaduc). C’est l’heure à laquelle débute le travail de laboure. Vers 9 heures, c’est le deuxième percheron (soit Viaduc, soit Phénomène) que l’on attelle et qui entre en scène. A 14 heures, la journée est terminée. Les chevaux se reposent. Chaque rang des 11 hectares que compte le domaine est passé au soc, inlassablement. Même pour les novices que nous sommes, c’est évident : la terre, les ceps et tout l’environnement proche des vignes respirent la santé. Les oiseaux ne s’y trompent pas, les lapins non plus.

Visite royale du Domaine Bain en calèche

On n’imagine pas le temps nécessaire à l’attelage d’une calèche. On a oublié. On ne se rend plus compte de rien d’ailleurs, car nos vies sont souvent facilitées par la mécanique et la chimie et qu’on ne mesure plus le travail qu’il est nécessaire de faire pour rester loyal et vrai au contact de cette nature. Alexandre le répétera à des nombreuse reprises : faire du vin, c’est du travail, alors forcément faire du très bon vin, c’est énormément de travail. Pendant près de 30 minutes on fixe, on règle, on prépare et on cajole les chevaux. On leur parle avec une attention et une écoute de tous les instants. Il faut aussi rester vigilants car l’animal est énorme, proche d’une tonne (960 kgs). Les accidents sont courants.
Je demande à Alexandre à quoi servent les machines, qui sont à l’entrée. « Quand on traite au cuivre, on utilise la technologie afin de limiter la quantité de cuivre que l’on disperse. La soufflerie de la machine a cet avantage énorme de minimiser les doses nécessaires. » C’est vrai, on ne peut toujours pas mettre de soufflerie sur des chevaux. Tout cela me fait penser que lorsqu’on opte pour une démarche en bio-dynamie, cela signifie aussi faire des choix de vie qui vont au-delà de la simple fonction du vigneron. On devient cavalier, apiculteur, fermier, maraîcher et j’en passe, la liste est très longue, c’est impressionnant.

C’est parti, Michel et Alexandre sont aux commandes de la calèche, la visite du vignoble débute. Et là, c’est magique. C’est un autre espace-temps qui s’offre à nous. Nous zizaguons entre les parcelles de vignes, celles du Domaine mais aussi celles des voisins. Nous avance à une quinzaine de kilomètres heure, les percherons sont puissants et ne faiblissent pas, alors que nous sommes 6 adultes et 6 enfants. C’est ausssi très confortable et ces sensations sont aussi simples qu’enthousiasmantes. Chaque pied de vigne malade croisé en route est immédiatement identifié par Alexandre. Regarde : le mildiou, tiens de la chlorose ferrique (manque de fer qui jaunit la plante), etc. J’en ai oublié plein, mais il était capable, en un coup d’oeil, d’identifier chaque chose à améliorer, soigner, ou corriger. Bluffant.

Je ne suis malheureusement pas capable de rattacher chaque photo à sa cuvée mais voici pèle-mèle quelques photos des vignes du Domaine :

Au chai

Durant plus d’une heure trente, nous passons en revue chaque parcelle en notant les différences de chacune d’entres elles et de chaque zone au sein de chaque parcelle. C’est beau ! Au trôt, nous rentrons doucement au Domaine pour aller visiter le chai. Entièrement moderne, incroyablement bien entretenu et propre, aucun doute sur le temps nécessaire à maintenir un lieu comme celui-ci sur des critères hygéniques aussi élevés. Des palettes pour la Corée du Sud, d’autres en préparation pour le monde entier. Les amateurs de bonnes choses ne s’y trompent pas. Ce lieu est assez révélateur de la démarche d’Alexandre de prendre le meilleur de chaque monde : le savoir et les tecnhiques ancestrales qu’offrent la nature à la vigne et le meilleur des méthodes et des outils modernes au chai. C’est sûrement ça un vigneron contemporain.

Sur place, nous dégustons 2 vins :

  • Pierre Précieuse : sur la pêche, le citron et le pamplemousse, ce sauvignon blanc offre une bouche minérale, vive et précise. Le charme opère à plein.
  • L D’Ange 2013 : Bien évidemment, il faudra s’affranchir du gaz carbonique (qui agit ici comme un conservateur). Si cela vous gêne, il suffit de carafer la bouteille afin que le vin libère tout son potentiel. Mûre et croquante, la bouche est pleine et généreuse, la fleur blanche et l’aubépine sont présentes au nez et on se délecte d’un jus engageant sur une superbe buvabilité.

Conclusion

Vous l’avez compris, le domaine Alexandre Bain est non seulement une visite à faire mais c’est aussi l’occasion d’une superbe rencontre avec un vigneron investit d’une mission : faire le meilleur vin possible dans le respect de l’environnement. Quand bon sens, intelligence et modernité se réunissent, on obtient non seulement de grands vins, mais nous avons aussi là les fondamentaux de ce qu’est la viticulture de l’avenir. Celle que conjugue d’ores et déjà, au présent, Alexandre Bain. Dans le silence du Bois-Fleury, on s’interroge : vigneron, ce n’est pas le plus beau métier du monde ? Tel que le fait Alexandre, ça n’a aucun doute !

http://www.onboitquoicesoir.org/wp-content/uploads/2015/06/photo-panomaramique.jpg

P.S : un grand merci à Caroline de nous avoir aussi bien reçus. Des gros bisous à nos copains Christelle et Olivier qui ont tout fait pour que cette visite soit un souvenir incroyable. Merci à vous tous.

Les meilleurs articles sur la toile :

Sources photos Olivier Cousin & Emmanuel Giboulot:

LES DERNIERS ÉVÈNEMENTS: Vendredi 26 mai 2017

Vendredi 26 mai 2017, Alexandre Bain retrouve son AOC Pouillé-Fumé, qu’il n’aurait jamais dû perdre. Une victoire pour une autre viticulture.

Viticulture : la justice rend son appellation à un producteur de vin bio
Pouilly-Fumé : la justice donne raison à Alexandre Bain

Vendredi 26 mai 2017, Alexandre Bain retrouve son AOC Pouillé-Fumé, qu'il n'aurait jamais dû perdre. Une victoire pour une autre viticulture.

Vendredi 26 mai 2017, Alexandre Bain retrouve son AOC Pouillé-Fumé, qu’il n’aurait jamais dû perdre. Une victoire pour une autre viticulture.

raisin appli vin naturel

46 Kommentare

  1. Pingback: Un dîner chez Roellinger, pour un magnifique anniversaire de couple - Charlotte & Sébastien

  2. Je suis entrain de lire le livre de la journaliste Isabelle Saporta « Foutez-nous la paix  »
    Je suis révoltée, mais Bravo à vous ; continuez!!!

  3. Montandon dit

    J’ai vu ce 10 décembre l’émission à la télévision et je reste admiratif et émerveillé par l’engagement dans un très beau travail. Félicitations. Je vais désormais n’acheter que du vin bio.

  4. Evelyne DUMAS-LESLY dit

    C’ est incroyable qu’ on mette des bâtons dans les roues de ceux qui cherchent à revenir à une viticulture naturelle qui n’ empoisonne pas nos terres, nos enfants et la nature en général !!
    je n’ ai pas encore goûté le vin d’ Alexandre Bain, mais une chose de sûre: je n’ achèterai plus jamais de Pouilly Fumé des autres producteurs qui non seulement nous empoisonnent , mais qui , en plus, font tout pour continuer à le faire en toute impunité et qui, en toute mauvaise foi, jettent l’ opprobe sur les viticulteurs vertueux !!! Continuez Alexandre !!!!

  5. bouvet jean michel dit

    bonjour Alexandre ,
    je viens de voir un reportage sur votre vin sur France 2 ,c est exceptionnel ce que vous faite,un grand bravo !!continuez et j espère venir vous voir pour découvrir votre vin
    Cordialement .
    un grand amateur de vin

  6. PIERSON JEAN FRANCIS dit

    Merci pour votre témoignage passionné et convainquant sur A2 ce midi, 10 décembre 2016.

  7. abitbol guy dit

    après avoir vu votre reportage et connaissant un peu le Pouilly ou pourrai t on en trouver dans le val de marne .Bravo et bonne continuation tenez bon .cordialement

  8. Klaeyle dit

    Ayant regardé émission ce midi sur France 2 sur le domaine de À Blain je souhaiterai connaitre le prix des vins et comment les acheter
    Merci

  9. briat dit

    bonjour
    je voudrais savoir pourquoi je ne peux ouvrir les sites pour obtenir vos tarifs sur la vente de vos vins (suite au reportage a votre attention de ce jour)
    amicalement
    merci
    ps surtout ne vous laissez influencer par toute cette bande de profiteurs pour qui il n’y a que l’argent qui compte bon courage

  10. Marie-josé SOUCHE BERNARD dit

    Enthousiaste et aussi émue, car cela veut dire que cette démarche est encore possible, malgré l’hostilité, les difficultés, bravo au couple qui travaille dans le même sens, et je n’ai qu’une seule envie c’est de déguster ce vin, mais rien à vendre en ligne, en tout cas je n’ai pas trouvé, dommage!
    continuez à ne pas succomber au formatage, au fric, à ce qui nous rend au final malheureux et dépendants!

  11. David DESCHRYVER dit

    Je viens de me rassurer en vous regardant le reportage qui vous était consacré sur France 2 ce jour.
    Il existe encore des puristes et des passionnés en ce bas monde.
    Je garde précieusement vos coordonnées et souhaite un jour passer chez vous pour vous rencontrer en vrai.
    Courage et encore bravo.
    David.

  12. Delichiere dit

    De temps en temps un reportage sympa, aujourd’hui c’était le cas! Tout notre soutient à cette famille de viticulteurs ! Le seul hic c’est je ne peux, pour l’instant, venir voir et sentir ce beaux travail, impossible d’avoir accès au votre site afin de commander une paire de ce nectar de travail bien fait… Un tuyau?

  13. lefort daniel dit

    bonjour m. et mm bain ! super ce que vous faite ! vous etes très courageux ! félicitation ! continuer ! honte à tous ceux qui nous empoisonne ! nous et cette belle planète !!!

  14. rousseau dit

    super reportage sur la chaine publique !! courage Mr BAIN continuer ainsi vous etes dejà bien présent dans le monde ; je voudrais commander chez vous, comment faire ??
    merci et encore mille bravos à vous et votre équipe

  15. berthelot dit

    Après l’émission de ce jour sur france 2 j’ai été sur votre site et j’ai voulu commander du vin
    mais j’ai trouvé des cavistes. Peut-on commander directement au domaine ???

    merci par avance sincères salutations

  16. Chastel dit

    Nous avons vu l’émission de France 2 ce 10 décembre 2016.
    Chapeau Madame et Monsieur BAIN.
    Nous allons goûter vos produit. Merci de nous dire où les trouver au plus près d’Aigues-Mortes dans le Gard
    Michelle et Jean-Marie Chastel / 06.22.06.49.86

  17. MODREGO-VILLAR Salvador dit

    Après avoir regardé l’émission sur les Pouilly Fumé, nous avons apprécié le travail de monsieur Alexandre Bain sur ses vignes. Nous ne sommes pas amateurs de vins, mais après ce reportage, c’est sûr, nous voulons apprécier sa production. Nous espérons que cette émission fera réfléchir beaucoup de vignerons.

  18. TERRADE dit

    Alexandre, quel joli reportage sur vous et votre travail, c’est la meilleure publicité qu’on pouvait vous faire. J’ai des amis à Orléans et qui aiment, comme moi le Pouilly, je vais leur parler de vous ,cordialement d’une habitante d’une autre grande région de vins, Bordeaux!!!

  19. JEAN-PIERRE BRETON dit

    Madame, Monsieur,
    Je viens de regarder avec le plus grand intérêt l’enquête sur votre vignoble diffusée sur France 2. Vous faites honneur à votre profession ! On sent la passion qui vous anime. Rien qu’à voir la couleur du vin par téléviseur interposé, on a grande envie d’y goûter. Alors qu’est-ce que ça doit être à la dégustation réelle. Comme vous avez raison de tenir tête à tous vos « collègues » envieux et que l’on sent mal à l’aise quand on leur parle de produits chimiques. Vous avez toute mon admiration. J’espère qu’un de ces jours prochains, j’aurai l’honneur de pouvoir déguster une de vos bouteilles et d’en parler de vive voix avec vous.
    Cordialement.

  20. Goin Patrick dit

    mais que fait le ministre de l’agriculture à quoi sert-il ? complice de l’empoisonnement de nos concitoyens. le pire c`est la ministre de la santé qui est à pendre et je resterais polit. Bravo Monsieur c’est comme ça qu`on aime la France

  21. Armati Jean-Louis dit

    Un grand moment de télévision comme je les aime…et d’émotions aussi! M. et Mme BAIN je vous admire et j’aimerais avoir votre courage et votre talent. Je souhaite que beaucoup de gens aient pu voir et entendre ce reportage et que ces quelques commentaires vous encouragent à persévérer. J’ai moi aussi essayé de trouver vos produits de qualité, sans succès..je comprends que vous ne puissiez pas commercialiser vous-même votre production mais j’aimerais juste savoir comment on peut se procurer votre vin pour une consommation familiale. Avec toute ma sympathie…caresses à vos magnifiques percherons.

  22. AUZANNEAU dit

    Beau reportage sur France 2 aujourd’hui, ça fait du bien de voir des gens honnêtes et passionnés qui ne pensent pas qu’à faire du fric en ne respectant rien.
    Alexandre Bain est un travailleur honnête qui aime son métier et qui ne regarde pas les heures ……………. mais quel beau résultat, la France ( le monde) manque cruellement de gens comme vous ………………BRAVO !

  23. Blanchard Alain dit

    Que rajouter de plus? Le reportage est suffisamment éloquent, votre travail à l’export est représentatif, l’avis des professionnels l’est tout autant; seuls seront dérangés vos confrères qui ne pensent pas comme vous. Votre travail et votre acharnement vont payer. A partir du moment où vous allez être connu à l’international, nul doute que les bouteilles n’auront pas le temps de vieillir chez vous. C’est tout ce que l’on vous souhaite. Félicitations et accrochez vous. Merci de nous communiquer vos tarifs et disponibilités. Convaincu par le bio, je recherche des choses saines à boire et à manger: dans mon enfance, il y a plus de 60 ans, il n’y avait que du bio.
    Cordialement.
    A. Blanchard
    10 décembre 2016

  24. mermillod-blondin joël dit

    Suite au reportage de france 2 , félicitations à Mr et Mme BAIN pour le travail remarquable qu’ils réalisent avec leurs vignes. Bravo, continuez comme ça !!!
    Pouvons nous commander directement chez vous ??.

    Joël : 06.11.32.80.87.

  25. Farnaz Bahmanyar dit

    Je viens de voir le reportage de France2 et je suis émerveillée de votre savoir Faire. J’aime
    beaucoup le pouilly fumé mais ne connais pas le vôtre. Je n’ai pas trouvé sur votre site la
    possibilité de l’acquérir et sur d’autre site il n’y en a plus. Ou peut on l’acheter à Paris ?

    BRAVO

  26. DALYS Serge dit

    Ça fait du bien de savoir qu’il existe des vignerons de valeurs, sérieux et naturels..Ce reportage me fait monter en mémoire les vignes et le BON vin sain et pur de nos terres…
    J’ai 77 ans, je sais de quoi je parle…Bravo et merci pour nous.

  27. Superbe reportage sur votre domaine et vos convictions, découverte de vos succès internationaux.
    Interdits + censure + appellation retirée + média = envie de vous entendre, vous goûter, vous encourager à mon modeste niveau. J’espère trouver bientôt comment acheter vos produits, ou venir tout simplement vous voir. Bravo, vous n’êtes plus seul.

  28. MEUNIER FREDERIC dit

    Amoureux des vins naturels et élevés en biodynamie, j’aimerai pouvoir le proposer à mes clients dans le Haut-Var. Comment peut on faire?
    Très cordialement
    Frédéric MEUNIER
    Les Halles de SALERNES

  29. DANESI dit

    Bravo ! Je vous ai découvert sur France 2 .Peut-on commander en Direct ,chez vous.
    J’espère que vous aurez le temps de nous répondre.

  30. Quelle bande d’enfoires ces viticulteurs conventionels !!!
    Merci pour votre travail bravo !! Fini le vin conventionel!!!

  31. Merci pour cet article,
    Cela m’a permis d’en apprendre plus sur le combat que mène Alexandre. Un producteur de vins que j’apprécie depuis quelques années maintenant !

  32. horvais mireille dit

    Serons nous encore les derniers idiots de la planète ? Serons nous encore les derniers à reconnaître la professionnalisation et le respect de l’environnement dans la viticulture et l’élaboration de très bons vins ? Personnellement, mon choix est fait !

  33. Josiane dit

    Je viens de voir le magazine du JT de 13h 15 sur la 2. Bravo les Bain ! Sûr vous avez gagné une cliente ; vous m’avez conquise. Bravo pour votre démarche, votre courage et votre réussite !

  34. Bertucci Louis dit

    bonjour,
    Je viens de voir le reportage sur votre travail. Bravo la famille Bain!
    Belle leçon de courage et quel exemple à suivre dans un monde qui ne court qu’après le profit à court terme et fou en l’air la nature merveilleuse qui nous fait vivre!
    « Monsieur Alexandre » c’est avec plaisir que nous recevrons et consulterons, si vous le voulez bien, le « nuancier » de vos produits.
    Amicalement
    Louis

  35. Bertucci Louis dit

    bonjour,
    Je viens de voir le reportage sur votre travail. Bravo et quelle leçon de courage et d’exemple à suivre dans un monde qui ne court qu’après le profit à court terme au détriment de la nature merveilleuse qui nous fait vivre!
    « Monsieur Alexandre » avec plaisir nous consulterons le « nuancier » de vos produits.
    Amicalement
    Louis

  36. Bertucci Louis dit

    Bravo et quelle leçon de courage et d’exemple à suivre dans ce monde qui prévilégie le profit à court terme au détriment de la nature merveilleuse qui nous fait vivre!
    « Monsieur Alexandre » avec plaisir nous consulterons le « nuancier » de vos produits.
    Amicalement
    Louis

  37. ANNE ADRIANSEN dit

    Je viens de voir sur France 2 le reportage réalisé dans votre exploitation, le qualificatif qu’il m’inspire est simple mais tellement parlant : Bravo. Que vous dire si ce n’est que tous les gens sensés qui ont vu l’émission ont certainement envie de combattre à vos côtés contre cette horde de gangsters motivés par le gain. Je garderai dans ma mémoire la singularité de vos étiquettes et dès que j’en rencontrerai une, avec ce A qui symbolise aussi mon prénom, je l’achèterai pour montrer au plus grand nombre à quoi ressemble une bouteille renfermant un grand vin. Félicitations

  38. Slembrouck christian dit

    Bravo ,MADAME MONSIEUR ALEXANDRE ! Total respect ! Où trouver vos vins ,? ? J’habite en Belgique à la frontière française dans le nord ( Lille) d’avance merci et bonne continuation !! Cordialement Slembrouck christian

  39. Fournier Catherine dit

    Vive…la vie! et tout ce qu’elle engendre de beau, de simple , de vrai! les vraies et authentiques valeurs de la vie qui a toujours été et qui, grâce à des personnes passionnées et tombées dans un vrai BAIN de jouvence , continue de transmettre le juste . J ‘ai très envie, après avoir vu ce reportage sur France 2,d’aller vous visiter …et goûter votre vrai Pouilly Fuissé. Un beau pied de nez aux « sulfatés « ! et soufrés … qu’ils en souffrent eux, sans faire subir aux voisins!

  40. DRAGAUD dit

    Je vous remercie pour ce que vous faites, comment vous le faites, pour notre plaisir du vin et pour les générations futur…
    bien cordialement.
    françoise DRAGAUD

  41. Claude Adam dit

    voila ,respect de la nature, parfaite harmonie avec la philosophie de Pierre Rabhi Felicitations

  42. Sabine Legrand dit

    Sentiments mélangés après avoir vu la rediffusion de l’émission qui nous a permis de vous connaître. Tout d’abord de l’admiration et un immense respect pour votre travail et votre pugnacité, il en faut pour faire face à tous ces lobby… colère, contre ce système et enfin, une envie irrésistible de goûter vos vins.
    Une visite à programmer, en espérant avoir la chance de vous croiser et de vous encourager à continuer à donner du bonheur aux amateurs de vins qui aiment aussi LA NATURE et LA VIE;
    Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *