Lecture
Poster un commentaire

Manifeste pour le vin naturel : « Unissez-vous ! »

Manifeste pour le vin naturel : "Unissez-vous !"

C’est à l’heure actuelle, le manuscrit le plus représentatif de la quête d’identité des vins naturels. Antonin IOMMI-AMUNATEGUI, en solo, résume parfaitement dans ce manifeste les enjeux et les urgences qui pèsent sur l’ensemble des acteurs qui se revendiquent des vins naturels. Avant qu’il ne soit trop tard, avant que les opportunistes et les ambitieux ne ruinent cette belle idée, bien réelle, d’un vin respectueux de la nature et des hommes, éloigné de la chimie et des bidouillages œnologiques.

En recevant cet ouvrage hier matin et après l’avoir pris entre les mains, j’ai de suite pensé au petit livre de Stéphane Hessel « Indignez-vous !”. On sent clairement l’urgence et le besoin que ce livre avait à exister. Si nous faisons une liste, non exhaustive, des batailles d’Antonin, nous trouvons : Tronches de vins, le salon Sous Les Pavés La Vigne, son travail de journaliste à Rue 89 “No Wine Is Innocent« , les soirées « Nuit des vins nus”… Au final, on est tout simplement bluffé par une telle bande passante et un tel engagement de la part d’Antonin, qui est une association des vins naturels à lui tout seul. Cela fait de lui l’ambassadeur le plus actif et aussi le plus visible. C’est très bien et surtout, c’est nécessaire, car c’est exactement de cela dont le vin naturel a besoin actuellement. Et pour tout ça : bravo et chapeau bas !

Ce manifeste est un pavé dans la mare des actions qu’il reste à mener et du besoin urgent de trouver une définition qui pourrait satisfaire tous les représentants des vins libres. C’est aussi un résumé précis de ce qui divise les vignerons libres et des raisons pour lesquelles ils n’arrivent pas à se mettre d’accord.

C’est quoi le vin naturel ? Comment pérenniser et protéger quelque chose que l’on nomme mais pour laquelle il n’existe pas de définition officialisée, pas de définition au sein même de la communauté qui la promeut, ni même de définition par ses propres acteurs (les vignerons). Il n’y a pas aujourd’hui de consensus sur ce sujet.

Voici la définition du vin naturel proposée par Antonin, partagée par l’Association des Vins Naturels :

Vin naturel:
un vin conçu à partir de raisins issus de l’agriculture biologique ou de la biodynamie, vendangés à la main et vinifiés à l’aide de techniques artisanales, sans aucun intrant, à l’exception possible, mais pas encouragée, de très faibles doses de sulfites. Le zéro-additif étant l’objectif, l’idéal.

Sur la base de cette définition, l’auteur passe en revue les positions des différents vignerons et spécialistes de la question, qui forment en fait 2 catégories distinctes :

  1. Le vin naturel, c’est du raisin et c’est tout ! – Olivier Cousin et d’autres.
  2. Le vin naturel, c’est du raisin dans lequel on peut ajouter un peu de sulfites quand cela est nécessaire, pour la conservation. – Jacques Néauport et d’autres.

Ensuite, au sein de ces catégories, on retrouve 2 positions bien différentes vis-à-vis de la manière dont on devrait aborder le sujet :

  1. Il faut officialiser la définition en la règlementant afin de garantir transparence et compréhension auprès des consommateurs – Olif et d’autres.
  2. Il ne faut rien faire du tout, car mettre en place une règlementation, c’est offrir aux tricheurs / opportunistes la possibilité de la contourner – Thierry Puzelat et d’autres.

Tous ces arguments sont non seulement pertinents, mais ils se justifient pleinement selon l’histoire, le contexte et la manière dont on aborde le problème. Oui, tous ont raison. Et c’est aussi sûrement pour cela que la chose est belle. Et c’est aussi pour cela qu’on aime ces vins. Mais ça ne suffit pas !

Il reste aussi une alternative, qui s’accommode sans souci des définitions et des règlementations citées plus haut, celle que nous préférons à On Boit Quoi Ce Soir ? et qui est aussi clairement l’objet de plusieurs commentaires dans le livre, l’utilisation d’une arme redoutable : la transparence. Celle des vignerons honnêtes et francs.
Une simple contre-étiquette comme celle que fait par exemple Christian Binner depuis des années, un résumé exhaustif de tout ce que contient le vin et des méthodes employées, le tout de manière chronologique et rédigé de façon intelligible .

Alice Feiring prévient : “Si tu fais ça, tu fais tomber tout le vin mondial…” C’est probablement vrai et comme le précise l’auteur,  n’est-ce pas déjà le mécanisme enclenché ? N’est-ce pas déjà ce qui est en train de se produire ? Doucement et de façon pacifique, tous ces vignerons œuvrent déjà à faire vivre et à faire évoluer l’agriculture, autrement, vers autre chose. Et pour être franc, c’est aussi pour ça que que nous faisons ce blog. Les choses doivent changer.

Conclusion :

Manifeste pour le vin naturel

Manifeste pour le vin naturel

Antonin nous offre avec ce manifeste un panorama des divergences et des points de vue qui règnent à l’heure actuelle dans le monde du vin nature, tout en offrant une définition, qui, si elle n’est pas parfaite pour tous, correspond à celle que nous donnons aussi quand on nous demande ce qu’est le vin naturel.

La conclusion du livre est brillante et limpide. Il n’est plus question uniquement de vin, le vin n’est que le porte étendard d’une société qui se doit d’être différente et qui doit intégrer toutes les dimensions du changement. Antonin le sait et a toujours défendu cette vision. Le vin naturel, c’est l’arbre qui cache la forêt des changements sociétaux à venir et ce changement commence avec l’agriculture, le vin naturel en tête de pont.

Point de vue humble avis :

Nous souhaitons que tous les vignerons s’unissent et s’accordent, au moins sur une définition. Et rien que pour cette raison, le fait que ce livre existe est essentiel. Trouver un accord sur ce point est fondamental afin de mener les prochains combats. Car la définition du vin nature n’est qu’une première étape.

Il faudra des forces afin de lutter contre les exclusions des A.O.C (Alexandre Bain, Olivier Cousin, etc) des forces pour combattre les lobbies de l’industrie et leur désinformation. Du courage pour le manque de courage de nos hommes politiques. Être mobilisé pour les procès (ex: non-traitement des vignes : Emmanuel Giboulot, Thibault Liger-Belair). Il faudra se serrer les coudes et être solidaire de ceux qui réalisent avec respect une des plus belle trouvailles de l’humanité : faire un jus avec du raisin et, parfois, un soupçon de soufre.

Pour toutes ces raisons, merci à toi Antonin d’être un agitateur de talent.

Le livre est disponible ici : Manifeste pour le vin naturel – Antonin IOMMI-AMUNATEGUI

Vins et démarchent qui se revendiquent aussi « sans soufre » :

  • Naturae de Gérard Bertrand Je vous laisse apprécier : « Vins sans soufre ajouté et sans additif, Naturae permet de découvrir la vraie nature des cépages et AOP premium du sud de la France. Issu d’une agriculture raisonnée certifiée terra Vitis et d’une démarche de vinification naturelle, Naturae offre des vins généreux et intensément fruités aux saveurs originelles. Naturae du jamais bu !« 
  • Terrena dépose un brevet pour du vin sans soufre Une fois de plus, des apprentis sorciers nous sortent des recettes innovantes pour faire des choses qui n’ont pas lieu d’être. Remplacé le soufre par des additifs = ça sert à quoi ? Le meilleur, c’est que c’est de l’argent public qui est utilisé pour mener à bien ce genre de projet. Enfin, pour finir et c’est le comble de cette démarche, le sommelier explique l’objectif de la recherche : « Faire du vin sans soufre qui a le même goût que le vin avec du soufre ». Simplement incompréhensible…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *