Auteur: Nathalie Alves

mademoiselle-M-2013

Mademoiselle M 2013 – Pouilly Fumé – Domaine Alexandre Bain

Après L d’Ange, c’est autour de Mademoiselle M, comme Madeleine. La couleur est superbe, intense. Le nez est une tuerie : au premier abord, c’est une profusion d’agrumes, avec un soupçon de pomme, accompagnées de la douceur des fruits exotiques. Puis viennent les fruits compotés, avec un soupçon de mirabelle et de litchi. Tout ce sucre tirerait presque sur le miel. Une tuerie on vous dit ! Et ça continue en bouche, où un équilibre incroyable se produit entre un nez riche et presque exubérant et une finesse en bouche impressionnante. C’est minéral, c’est subtil, c’est ample et long, les fruits sucrés ont disparu au profit d’une certaine acidité, qui se transforme en très légère amertume finale. Et quelle longueur ! Un délice. Le résultat d’un élevage de 20 mois en barrique. Un vin très structuré, très travaillé et sans sulfites ajoutés. Un coup de coeur. Bravo Alexandre.

l-dange-2013

L D’Ange 2013 – Domaine Alexandre Bain.

On poursuit notre investigation du Domaine Alexandre Bain avec la dégustation de L D’Ange 2013. Oui, c’est vrai, c’est pas facile, mais on ne lâchera rien. Ce sauvignon blanc, en appellation Pouilly-Fumé, présente une très belle couleur ambre, intense à souhait. Mais ce qui surprend le plus, dans cette cuvée dédiée à la dernière née du couple Alexandre et Caroline Bain, c’est le contraste entre un nez discret, composé de fleurs blanches essentiellement, avec une pointe d’aubépine et un palais terriblement aromatique. En bouche, c’est expressif à souhait. Les agrumes sont contrebalancés par la maturité des raisins. Une belle longueur, avec beaucoup de minéralité typique de l’AOC grâce aux notes fumées, résultat d’un travail sans concession en harmonie avec la nature et la roche locale. C’est délicieusement tendu, vif, entre fruits mûrs, minéralité et fraîcheur. Une belle réussite, sans sulfites ajoutés.

Perle et Pépins 2009 ~ Clos Massotte

Perle et Pépins 2009 ~ Clos Massotte

Direction Trouillas, dans les Pyrénées Orientales pour découvrir ce charmant Perle et Pépins, qui a le mérite d’être aussi magique que la fameuse poudre quasi éponyme ! Alors oui, on est dans le Sud, dans le Languedoc Roussillon, à deux pas de l’Espagne, entre la Canigou et la mer. C’est gorgé de soleil, forcément. Sans surprise, les cépages qui composent ce doux breuvage dont le Grenache et la Syrah, en quantités égales, avec du Carignan qui vient compléter le tout. Mais la véritable surprise, c’est l’équilibre subtil de ce vin de pays de cocagne. Au nez, c’est un bouquet de fruits rouges, légèrement épicé. Pruneau et cerise, fruits plus noirs que rouges d’ailleurs, à l’image des raisins très mûrs qui ont servi à créer ce vin. En bouche, aucun doute, c’est puissant, mais c’est aussi très suave, avec des tannins doux et agréables, qui viennent apporter un peu de longueur. Faut dire que Pierre Nicolas Massotte, le vigneron qui repris le domaine familial en 2004, a décidé de travailler dans le plus grand respect des …

Cuvée de la Guichardière – Saumur

Cuvée de la Guichardière – Saumur

Un Saumur blanc, c’est toujours surprenant. Celui-ci est issu du domaine Régnier-David, où Jean-François a repris le flambeau familial. C’est donc un Chenin, à la robe couleur or et au nez délicat, séduisant mais pas racoleur, tirant sur les agrumes et la pomme légèrement compotée, mais aussi sur le miel et les fleurs blanches. Un élevage en barrique de deux ans lui apporte beaucoup de structure, de corps, de profondeur et d’arômes. Il ne perd pourtant rien de sa minéralité, issue des sols argile-calcaires de la région, ce qui lui confère un équilibre vraiment très réussi. Et pour ne rien gâcher, ce chenin offre en bouche une belle longueur, avec une pointe d’iode. En bref, une belle réussite.

Faia - 2012 - Mai et Kenji Hodgson

Faia 2012 – Mai et Kenji Hodgson

Cette fois, nous dégustons la seconde cuvée d’un jeune couple de vignerons canadiens, qui après un bref passage au Japon, s’est désormais installé à Champ-Sur-Layon, commune angevine qui se situe sur l’AOC du Coteau-du-Layon et qui bénéficie aussi des caractéristiques typiques de l’Anjou avec ses sols schisteux et argileux. Faia est donc un pur Chenin de l’Anjou. Au nez, c’est superbe. Le Chenin tire ici vers les fruits mûrs et sucrés (poire, abricot et coing) avec toujours les fleurs blanches. En bouche, c’est terriblement bon ! Vif et tendu, très minéral et délicieusement fruité, avec une vraie fraîcheur. Mais avec une complexité accrue, grâce à la rondeur issue du raisin cueilli à grande maturité. Cela donne un équilibre très subtil et une jolie longueur en bouche. Un vin qui a un véritable potentiel de garde et qui accompagnera à merveille les crustacés et la cuisine japonaise. Merci (encore) à la sommelière de Au Passage (Paris 11) pour la découverte !

Orthogneiss – Muscadet Sèvres et Maine – Domaine de l’Ecu

Orthogneiss – Muscadet Sèvres et Maine – Domaine de l’Ecu

Nous avions déjà goûté, avec plaisir, la cuvée Gneiss de Guy Bossard et de Fred Niger Van Herck. Mais l’Orthogneiss se révèle être un Muscadet encore plus abouti et maîtrisé. Une belle robe couleur or blanc, un nez tout en subtilité, avec des notes d’agrumes, des fleurs blanches et même des épices (cumin). En bouche, c’est droit, minéral, vif et tendu. La mer n’est pas très loin : ce Muscadet a de jolies notes iodées et salines en fin de bouche. C’est fin et élégant. L’Orthogneiss est une roche magmatique. Et c’est sans doute de là que vient l’extraordinaire minéralité de ce vin. Parfait sur des fruits de mer ou un homard breton. Marche aussi très bien à l’apéro.

bottle-neck-roussillon-2013-domaine-leonine

Bottle Neck – Roussillon 2013 – Domaine Léonine

De la Syrah en veux-tu en voilà, avec un peu de grenache tout de même ! C’est gourmand, légèrement poivré et épicé mais ça reste frais et très digeste. Bref, ça se boit tout seul. Les fruits (très rouges et très mûrs) sont très présents et le tout est très plaisant. Stéphane Morin, ancien photographe reconverti dans le vin nature, maîtrise parfaitement son affaire. On est dans le Sud, dans les Pyrénées Orientales, à Argelès-sur-Mer. La vigne, traitée aux petits oignons, est gorgée de soleil. Mais la maîtrise de Stéphane Morin est grande. Et ses vieilles vignes, préservées de la chimie depuis toujours, puisent la fraîcheur dans leurs racines profondes, ce qui confère au vin une belle minéralité. À l’instar de sa cuvée Que Pasa, vous pouvez acheter le Bottle Neck les yeux fermés. À déguster sur une viande rouge ou du fromage de brebis.

le-Ch-nin-de-Vie-anjou-2012-francois-saint-Lo

Le Ch’nin de Vie – Anjou 2012 / François Saint-Lô

Ce soir, nous dégustons la première cuvée d’un jeune vigneron ligérien : François Saint-Lô. Et pour une première cuvée, c’est plutôt une réussite ! Faut dire que le domaine se trouve rue des belles caves à Berrie, de quoi inspirer le vigneron ! On est sur du Chenin, Anjou oblige bien sûr, très minéral, très tendu aussi. Le nez est chouette, sur les agrumes et les fleurs blanches, mais pas dément. En bouche, c’est très agréable. Terriblement minéral, sec et vif ! Un beau premier Chenin en somme, animé par une belle tension et beaucoup de fraîcheur. Un poil court tout de même. Faudra voir ce que donneront les cuvées suivantes. L’étiquette, originale, est signée par la sœur de François. En bref, un joli vin de soif qui accompagne parfaitement tapas et fruits de mer à l’apéro. Merci à la sommelière de Au Passage (Paris 11) pour la découverte ! Restaurant Au Passage 1 bis, passage Saint-Sébastien 75011. Cuisine du marché avec des très bons plats

Aphros Aether 2012 – Casal Paço de Padreiro

Aphros Aether 2012 – Casal Paço de Padreiro

Cet Aether est composé de 2 cépages qui n’avaient jamais été mariés à notre connaissance. En effet, ce sont bien le Loureiro et le Sauvignon que nous retrouvons assemblés dans cette cuvée. Loureiro signifie laurier en portugais, ce cépage était historiquement cultivé en Hautain (on utilisait alors l’arbre comme tuteur à la vigne). Sur le domaine Casal Paço de Padreiro, il semble que l’on soit plutôt en échalas (on vous confirme tout ça bientôt dans un billet). Au nez : la dimension herbale est très présente et le laurier se marie habilement au genêt, sur une légère note de pamplemousse. En bouche : le moelleux du sauvignon dompte la vivacité et l’acidité du Loureiro et confère à ce vin une subtilité et une finesse inédites. Issu d’un sol granitique, ce vin est élevé sur lie durant 4 mois. Le domaine s’inscrit dans la tradition de la Bio-Dynamie et le raisin est bien évidemment ramassé à la main. Nous sommes au domaine Casal Paço Padreiro dans le nord du Portgual, dans la région du Minho et …