actualites
1 commentaire

Des pesticides dans tous les vins et l’écologie à l’agonie…

ouvrez-un-grand-cru-pesticide-1024x295

Compte-rendu d’une semaine chaotique pour l’agriculture biologique, la filière viticole et le parti écologique français EELV. Tous ces événements auront des conséquences sur l’avenir.

attentio-pesticidesLe magazine « Que choisir » publie cette semaine « La peste soit des pesticides« , une nouvelle étude fondée sur l’analyse de 92 vins, dont 10 vins certifiés biologiques, qui confirme la surabondance de pesticides dans le vin. Avec 300 fois plus de pesticides dans le vin que dans l’eau potable, ces vins sont impropres à la consommation. Cette étude fait suite à celle de 60 millions de consommateur, de mai 2012, intitulée : « Des pesticides même dans le vin bio » (lisez aussi No Wine Is Innocent).
Dans tous les cas, les pesticides sont dans les vins biologiques, dans nos veines et dans la totalité de la chaine alimentaire et même les vins naturels sont touchés par le biais de la pollution environnementale, dans des proportions moindres, mais tout de même.
Argggg, c’est un coup de canon à scier, un uppercut, une guillotine à tous les rêves de protection que l’on pouvait imaginer. L’agriculture biologique n’est pas une île, c’est simplement un lieu de résistance qui subit les dérives de ses voisins, qui ne jurent que par l’efficacité d’une chimie qui tue en silence (cancers, maladies, Alzheimer, etc.). Vous en avez marre qu’on vous fasse peur ? Moi aussi ! Et alors, et après, on fait quoi et où va l’écologie ?

STOP, STOP, STOP, voilà, voilà, c’est ça ! Quand je dis des choses comme ça, quand on parle de l’agriculture conventionnelle de cette manière, les gens ne vous écoutent plus. Ils ne veulent pas entendre ça, pas plus que « fumer tue », ou que « l’alcool est dangereux pour la santé » d’ailleurs.
Oui, c’est la vérité, c’est même du bon sens, mais en faisant cela, on déresponsabilise les gens, on leur explique qu’ils se trompent, que c’est de leur faute. Nous trainons la planète à sa perte, mais ce ne sont pas eux les coupables, pas nous, enfin c’est ce que je souhaiterais…

Vivre, être heureux, protéger les siens, profiter de la vie, apprécier le goût du pain, du fromage, des plats succulents, boire à la santé de tous, en essayant d’oublier ce qui est en train d’arriver. Sauf que maintenant, là, on comprend. Cette étude nous permet de réaliser que, même pour ceux qui se battent pour l’équilibre de la planète en adoptant une démarche écologique, pour eux, et nous, la cause est d’ores et déjà perdue, car le respect de l’environnement ne peut être qu’une victoire totale ou une défaite.
Nous avons une seule planète sur laquelle chaque interaction a des conséquences sur l’ensemble des interactions possibles. Notre destin est commun et même la mise sous cloche d’une partie de notre planète ne pourrait pas l’isoler totalement. Nous n’avons pas d’issue, l’écologie doit triompher !

Au fait, et l’eau, elle est vraiment saine ?

Pour continuer d’explorer les connections entre toutes choses, parlons d’eau. Nous avions acheté une carafe Britta en pensant filtrer tout ce qui pouvait rester de mauvais dans l’eau… La carafe filtre, mais quoi ? On ne sait pas vraiment et plusieurs études mettent en doute son efficacité (lire: Chasse aux gogos : L’arnaque des carafes filtrantes). L’eau du robinet ? Allez voir cet article intitulé « Que trouve-t-on dans l’eau de votre robinet ? » où l’on y évoque des résidus médicamenteux, dont des stéroïdes que l’on trouve par exemple dans la pilule contraceptive (œstrogènes), des pesticides… Les bouteilles d’eau de source ou minérale ? Oui, mais le plastique chauffe en passant des heures au soleil sur des palettes stockées sur des parkings ou autres entrepôts, ce qui laisse doucement les molécules de plastique chauffées s’immiscer dans l’eau…
S’alimenter, boire, nous force à nous confronter quotidiennement aux toxiques, c’est la réalité.

Il y a cet événement, et plein d’autres qui se percutent, se télescopent, chacun faisant écho à l’autre sur les 7 derniers jours et je m’interroge, le vin, l’eau, la vie… Le parti politique qui représente normalement ces préoccupations est cliniquement mort, l’écologie est en berne… »Notre maison brûle et nous regardons ailleurs« .

Vin et écologie : une semaine catastrophique

Vendredi 20 septembre 2013 :

Noël Mamère annonce dans Le Monde qu’il quitte EELV, comme Nicolas Hulot. Après quinze ans passés chez Les Verts, il part. Ses propos sont explicites : « Notre parti ne produit plus rien : il est prisonnier de ses calculs et de ses clans. »

Mercredi 25 septembre 2013 :

1 – Jean-Michel Apathie reçoit Nicolas Hulot pour la publication de son 20ème livre Plus haut que mes rêves.

Il est drôle Nicolas Hulot et on s’est bien moqué de lui,  l’animateur télé d’une grande chaine privée qui vendait du shampoing. C’était juste un opportuniste avec un discours, on l’avait démasqué. On n’y a jamais vraiment cru, et une partie des verts non plus. Eva Jolly a fait ce qu’elle pouvait. Pourtant, Hulot, il était quand même un peu de la famille, fondamentalement il défendait des valeurs qui sont saines, mais non, on avait des a priori sur lui. Les hommes ne sont pas toujours ce qu’ils ont été, Hulot en est la preuve.
A l’antenne, son constat est dramatique sur l’écologie actuelle : « On est passé de l’indifférence à l’impuissance… tout le monde a de très bonnes raisons de ne pas faire maintenant ou de faire plus tard, c’est toute la difficulté d’un enjeu qui n’est pas palpable et qui n’occasionne pas des souffrances immédiates et qui se confronte à des enjeux court-termistes qui, eux, occasionnent des douleurs immédiates… […] Si je livrais le fond de ma pensée sur l’état du monde, on déprimerait tous ce matin, aussi j’essaie d’avoir une approche différente pour dire qu’il y a des solutions. […] La conférence environnementale : c’est faire basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité écologique, au lieu de taxer le travail, on taxe la pollution, c’est un long processus qui démarre… » Oui Nicolas, enfin, elle n’existe pas encore cette fiscalité, et puis Hollande n’a encore fait aucune réforme de fond. Et pourtant, quelqu’un qui m’avait dit que le changement c’était maintenant… Arrive le sujet de la taxe diesel, un piège, une taxe, on sombre de nouveau dans un sujet secondaire qui joue comme un répulsif pour la grande majorité des gens, on vient alors à penser que les écolos sont de doux rêveurs qui ne sont pas confrontés à la réalité du quotidien. Pour rappel, et toujours dans la bouche de Nicolas : « Les verts ne portent pas un enjeu partisan, mais un enjeu universel« . C’est tellement vrai que lorsque l’évidence sonne à notre porte, tous les volets sont fermés.

2 –Pascal Durand confirme qu’il quitte la tête d’EELV et en fait, on s’en fout, on ne sait même pas qui est vraiment ce Pascal. Il lâche un laconique et dévastateur: « collectivement on n’est pas très bons« . Son entourage achève l’ouvrage : « EELV est un parti replié sur lui même« . Circulez, laissez-nous enterrer les morts. Cécile Duflot balance du taquet en direction de Manuel Valls sur ses propos concernant les Roms, apparemment le seul vrai sujet du moment.

3 – Greenpeace mène une opération contre une plateforme de Gazprom dans l’Arctique. Accusés de piraterie, les 30 membres d’équipage sont placés en détention par les autorités russes et condamnés à 2 mois de prison. La Russie, coincée dans l’idéologie d’une époque, incapable de se ré-inventer, s’inscrit dans logique de domination par la force.

Jeudi 26 septembre 2013 :

Le site http://www.cequivavraimentsaoulerlesfrancais.fr nous alarme : « On s’apprête, en France, à lutter contre le vin et non plus seulement contre la consommation excessive d’alcool. Désormais assimilé à une drogue, le vin serait jugé nocif dès le 1er verre. » Les 500 000 acteurs de la vigne et du vin interpellent le Président de la République et le Premier Ministre au sujet des mesures envisagées :

  • Interdiction de parler du vin sur Internet
  • Interdiction de parler positivement du vin dans les médias
  • Taxation du vin au nom de la santé publique
  • Radicalisation du message sanitaire

Vendredi 27 septembre 2013 :

Allez écouter Daniel Cohn Bendit qui déclare dans son billet quotidien sur Europe 1 :  « Hulot aurait été le meilleur candidat pour la présidentielle de 2012 »

Daniel Cohn Bendit au sujet de Nicolas Hulot : »Il est sincère, il est bon […] Le monde est sa maison mais en même temps sa famille lui est restée étrangère. C’est un écologiste qui veut sauver l’écosystème blessé par la civilisation industrielle. Nous nous sommes trompés, Europe Ecologie s’est trompé, il aurait été le meilleur candidat crédible et poétique de l’écologie aux dernières présidentielles, nous avons raté un grand rendez-vous avec lui, il a raté un grand rendez-vous avec nous, c’est de notre faute. » Je trouve ça à pleurer, et je crois que c’est à pleurer….
En kiosque, Le Monde titre : « Réchauffement climatique : le scénario noir des experts » et annonce une augmentation de la température allant jusqu’à 4,8 degrés d’ici à 2100, des océans qui pourraient monter de près d’un mètre.

En écoutant ce podcast, j’arrive doucement à la station de métro Ternes, une jeune femme déguisée en tête de gondole m’interpelle : « un Coca-cola Zéro : c’est cadeau ! » Elle ne sait sans doute pas ce que cette canette contient, elle a un travail, une famille, un loyer comme nous tous. Elle ne sait pas que Zéro est un nom qui va à ravir à cette boisson, car la seule chose que l’on pensait naturelle dans celle-ci, à savoir l’eau, ne l’est plus vraiment non plus. Bien évidemment, Coca ne communiquera pas sur la présence de résidus médicamenteux et de stéroïdes dans sa boisson, ce n’est pas très vendeur. En disant ça, je réussis la prouesse de ne même pas parler de l’acésulfame K qui remplace l’aspartame, devenu infréquentable, ni du caramel au sulfite d’ammonium, ni de l’acide phosphorique utilisé pour nettoyer les pièces autos. Je me surprends, je me surprends 😉

Quel avenir pour l’écologie ?

La seule question que je me pose c’est : pourquoi ?
Pourquoi un seul parti semble s’intéresser à notre destin commun ? Pourquoi les représentants de ce parti sont incapables de faire les meilleurs choix, incapables de travailler ensemble pour faire triompher des idées qui sont, pour la grande majorité, communes à tous les courants de pensée. Pourquoi le monde de l’argent est-il aussi sourd à la réalité qui sera demain tout autant la nôtre que la sienne, avec des conséquences désastreuses à tout fonctionnement économique ? Je ne sais plus comment clore ce billet car dans le fond, il n’y a ni début ni fin. Tout ce que nous mettons à un endroit se retrouve plus tard ailleurs. Le pesticide contenu dans le vin et dans l’eau se retrouve ensuite dans nos toilettes, puis dans les rivières, puis dans les mers et les océans, pour ensuite finir dans des poissons ou des fruits de mer que nous mangeons, de nouveau. En voulant démontrer que l’on parle mal d’écologie, je deviens moi aussi prisonnier de la complexité des enjeux et de la somme des interactions qui la composent. Je ne peux que constater mon impuissance, la mienne et celle d’une multitude de gens que nous connaissons. Individuellement, nous n’apporterons jamais de solution car seule une majorité de personnes, d’actions, de votes, pourront permettre ces changements dans nos vies.

Le confort endort toute forme de radicalité, et jusqu’ici, tout est encore très confortable.

1 Kommentare

  1. la Chenille dit

    Ouaip, on est dans la m…. chimique jusqu’au coup ! comme toi je ne sais plus quoi faire … une bière peut-être ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *